Le projet

Le contexte et les enjeux

Le Massif Central est un bassin majeur de production de viande bio ! Il accueille près de la moitié des cheptels bovins et ovins allaitants conduits en AB des quatre régions concernées par ce territoire, à savoir Auvergne–Rhône–Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Nouvelle Aquitaine et Occitanie.

Carte du Massif (pour en savoir plus, cliquez ici )

C’est une situation à mettre en avant et une opportunité à saisir pour les filières viandes bio du Massif Central, dans un contexte de marché porteur. Ainsi, selon le Baromètre 2018 de l’Agence Bio, l’achat de viande bovine bio au détail a représenté, en 2018, 374 millions d’euros, soit une progression de 18 % versus 2017, progression comparable en viande ovine (18.2 %) dans un contexte de stabilité de la part des importations.

Mais les difficultés pour les producteurs de bovins et ovins bio sur le Massif Central sont nombreuses : une phase de conversion synonymique de grands changements dans l’exploitation, des coûts de production plus important en zone de montagne, le besoin d’être très technique, en particulier en AB, pour produire des animaux essentiellement à base d’herbe (dans toute sa diversité : pâturage, fourrages, parcours, prairies permanentes, temporaires, ligneux…), des prix élevés des aliments en AB, la difficulté à répondre pleinement à la demande (ex : pas de marché en bio pour la viande maigre), les impacts du changement climatique …

Par ailleurs, les filières viandes biologiques en plein développement ont des contraintes fortes, en particulier sur le Massif Central, avant tout terre de production d’animaux en vif : difficulté de développer et de sécuriser les débouchés, en lien notamment avec une offre d’animaux bio irrégulière en quantité et volume, manque de moyens d’abattage ou de transformation certifiés en AB …

Favoriser les économies d’échelle et optimiser les circuits de collecte et de transformation sont des points importants pour les filières viande bio du Massif Central, si elles veulent une juste rémunération de chacun de leurs maillons et un prix maîtrisé pour le consommateur.

Dans un tel contexte, les acteurs à l’origine du projet BioViandes Massif Central ont identifié trois enjeux majeurs pour le développement durable de filières de viandes biologiques de ruminants sur le Massif Central :

  • la nécessité de renforcer la production de bovins et ovins basée sur l’herbe sur ce territoire,
  • la nécessité d’avoir des filières en lien avec les potentiels de production biologique du Massif Central,
  • et enfin, la nécessité d’avoir une approche collective à l’échelle du massif, pour agir de façon efficace.

Les objectifs

Le projet BioViandes Massif Central a pour objectif général  le développement de filières viandes biologiques (ovins et bovins, allaitants mais aussi laitiers) durables à l’échelle Massif Central, valorisant les ressources de ce territoire, tout particulièrement l’herbe, et contribuant au développement local (création d’emplois, apport de plus-values économiques, rémunération équitable et juste des acteurs de la filière, amélioration de l’attractivité du territoire, préservation des ressources naturelles…).

Ceci se traduit en trois grands objectifs opérationnels :

  • Le renforcement de l’approche collaborative à l’échelle Massif Central pour le développement concerté des filières viandes, permettant notamment de s’articuler avec les organisations d’acteurs intervenant dans ces filières, sur ce territoire, et d’engager un travail de prospective partagé.
  • Le renforcement des capacités des éleveurs à engraisser, en majorité à l’herbe (dans sa diversité : pâturage, fourrages, parcours, cultures fourragères…), pour répondre aux demandes du marché et augmenter :
    •  leurs performances technique, économique et environnementale
    •  leur résilience face aux aléas économiques ou météorologiques.
  • L’apport de réflexions/outils/connaissances mobilisables par les acteurs des filières dans leurs démarches de structuration et de recherche de débouchés pour la viande bio de ruminants produits sur le MC en valorisant au maximum l’herbe.

Un projet en 2 tranches

Afin de renforcer la pertinence du projet, les acteurs impliqués ont fait le choix de le diviser en deux tranches, chacune avec des objectifs complémentaires :

  • Une tranche 1, (2018 – 2019) visant :
  • au renforcement de la dynamique collective,
  • à la valorisation de l’existant sur la production à l’herbe (connaissances, outils, projets en cours… en AB ou non),
  • à la réalisation de travaux de prospective ou de méthodologie
  • à contribuer à lever certains freins déjà identifiés à l’organisation des filières (ex. : difficulté à anticiper les volumes et types de viandes produites),
  • à l’identification (ex. : via des enquêtes) et à la construction(via la concertation, suite notamment aux résultats des enquêtes) d’actions à fort effet levier à mener en tranche 2, pour poursuivre et amplifier les actions engagées.

Une tranche 2 (2020 – mi 2021), devant poursuivre le travail engagé en tranche 1, mettre en place un certain nombre des actions à fort effet levier identifiées en tranche 1, valoriser les résultats de l’ensemble du projet et à partir de ces derniers, faire des propositions pour l’après projet BioViandes Massif Central pour poursuivre la dynamique engagée.

Actions et principaux résultats attendus

Actions de la tranche 1 de BioViandes Massif Central

Cette tranche compte 4 actions, reprises dans le schéma suivant :

Actions de la tranche 2 de BioViandes Massif Central

Cette tranche compte plusieurs actions reprises dans trois grands axes de travail :

Axe A

Axe B

Axe C

Aussi bien en tranches 1 et 2, le projet BioViandes MC intègre un volet enquêtes en fermes et un volet expérimentation sur la question de la mixité (entre bovins et ovins, ou entre races avec descroisements avec des races précoces), en lien avec l’expérimentation Systèmes SALAMIX piloté par l’INRA sur son site de Laqueille (Puy de Dôme).

Pour en savoir plus : https://www6.inra.fr/comite_agriculture_biologique/Les-outils-de-recherche/Les-programmes-INRA-dedies-a-l-AB/Inra-AgriBio/AgriBio-4/SALAMIX

Les principaux résultats attendus du projet

Le résultat majeur attendu est un meilleur développement de filières durables de viandes biologiques de ruminants, produites en majorité à l’herbe sur le Massif Central et sources de plus-values pour ce territoire.

Ceci serait le résultat de plusieurs apports du projet :

  • Un renforcement des capacités des exploitations de viandes bio du Massif Central à produire de la viande à base très majoritairement d’herbe, de façon durable et répondant aux demandes du marché, point majeur pour massifier la production.
  • Une amélioration de l’accompagnement de ces producteurs via un conseil plus adapté, associant de façon plus poussée acteurs du conseil et opérateurs économiques.
  • Une meilleure articulation entre amont et le premier maillon de l’aval, via une meilleure connaissance des enjeux et besoins de chacun, une dynamique collective forte, avec des habitudes de travail ensemble, des méthodologies et des outils partagés (ex. des fiches filières construites à l’échelle Massif central, des outils pour anticiper la production en fin de conversion…).
  • A terme, un co-pilotage de l’offre et de la demande porté par la dynamique collective initiée dans le projet.
  • En lien avec le point précédent, le développement de débouchés plus en adéquation avec les potentiels de production des éleveurs biologiques du MC.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur les thèmes de travail et les publications de BioViandes Massif Central.

Les origines du projet

La question de la production de viandes biologiques de ruminants sur le Massif Central est axe de travail prioritaire pour le Pôle Bio Massif Central (pour en savoir plus sur le Pôle), structure qui pilote le projet BioViandes.

Pour travailler sur cette thématique, le Pôle Bio Massif Central a lancé en 2014 un Groupe d’Echanges Thématiques en AB dédié à la viande, en particulier de ruminants : le GETAB Viandes.

Ce groupe, informel, animé par le Pôle Bio Massif Central, fédère un large panel d’acteurs de la production, du développement, de la recherche, de l’enseignement, de l’aval ou encore des collectivités territoriales souhaitant travailler sur cette question des filières de viandes bio du Massif Central.

Le projet BioViandes Massif Central est issu des échanges au sein du GETAB Viandes et ce dernier sert de comité de suivi au projet.

Les partenaires et financeurs

Les partenaires du projet

Les partenaires du projet

Le projet, piloté par le Pôle Bio Massif Central, regroupe un large panel de partenaires qui s’impliquent dans la réalisation des actions :

  • Porteur de projet : Pôle Agriculture Biologique Massif central (Pôle Bio MC)
  • Partenaires techniques tranches 1 et/ou 2 : Coop de France AuRA, le Réseau FRAB AuRA, Cluster Bio, Chambre régionale d’agriculture Bourgogne-Franche-Comté, Réseau Chambres d’agriculture Auvergne-Rhône-Alpes, Groupement FEDER, Bio Bourgogne, InterBio Nouvelle-Aquitaine, Bio 46, APABA, ABioDoc-Service de VetAgro Sup, ITAB, IDELE, ISARA, INRA.

  • Partenaires associés (sans demande de subvention) tranches 1 et/ou 2 : Chambres régionales d’agriculture d’Occitanie et de Nouvelle-Aquitaine, Bio Nouvelle-Aquitaine, Campus Agronova (ex-EPL de St-Genest-Malifaux), EPL de St-Flour, EPL de Tulle-Naves, SICABA, UNEBIO.

Les financeurs

Le projet BioViandes Massif Central est financé dans le cadre de la Convention de Massif – Massif Central (pour en savoir plus, cliquez ici) qui permet d’associer financements de l’Etat, des quatre conseils régionaux et certains départements concernés par ce territoire.

Financeurs de la Tranche 1